Vivre

Proverbe chinois, une sagesse millénaire!

Proverbe chinois ou sagesse chinoise

singe  

 Quand on est arrivé au but de son voyage, on dit que la route a été bonne.

 Pour bien faire, mille jours ne sont pas suffisants, pour faire mal, un jour suffit amplement.

 Ce n’est qu’avec les yeux des autres que l’on peut bien voir ses défauts.

 Le travail de la pensée ressemble au forage d’un puits ; l’eau est trouble d’abord, puis elle se clarifie.

 Un homme n’est pas bon à tout, mais il n’est jamais propre à rien.

 Fuis la ruade de la bête docile et la colère de l’homme calme.

 Celui qui ajoute de la nouvelle connaissance à l’ancienne, est le véritable enseignant.

 Le cœur de l’homme parfait est comme une mer dont on ne peut découvrir les lointains rivages.

 Le bavardage est l’écume de l’eau, l’action est une goutte d’or.

 Le monde est une mer, notre cœur en est le rivage.

 Dans un étang, il n’y a pas de place pour deux dragons. (proverbe chinois)

 Sourire, c’est rajeunir de dix ans , s’attrister, c’est se faire des cheveux blancs.

 L’itinéraire de 1000 mille commence par un pas. 

 Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. 

 Avec le temps et la patience, la feuille du mûrier devient de la soie.

 Le sage se demande à lui-même la cause des ses fautes, l’insensé la demande aux autres.

 Un bon chien ne mord pas les poules, un bon mari ne bat pas sa femme. 

 Le jour éloigné existe, celui qui ne viendra pas n’existe pas. 

 Les gens heureux n’ont pas besoin de se presser. 

 Le plus grand conquérant est celui qui sait vaincre sans bataille. 

A Propos de l'auteur

ritdelaban

ritdelaban

Directeur général de la publication

Ajouter Un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.