Vivre

J’ai changé par la lecture et l’hypnothérapie

Alexas_Fotos / Pixabay

À l’époque j’étais un garçon très sage mais de surcroît aussi très très extrêmement timide. Quand j’étais dans le métro parisien je ne m’asseyais jamais en face d’une personne même si la place était libre car je n’osais pas lever les yeux regarder l’autre personne en face. Du coup je restais toujours debout et cela m’a poursuivi très longtemps car dans le cadre de ma famille il n’était pas question d’avoir une personnalité hors du commun il fallait être lisse et ne pas la ramener.

road-220058_960_720

Je traînais ce problème comme un boulet qu’on traîne au pied, baissant sans arrêt les yeux pour regarder vers un avenir vraiment pas rose.
À l’époque il fallait pour intégrer la société se retrouver dans un groupe d’amis évidemment c’était à l’époque toujours politique et avec les « Mao » habillés tout en rouge, il y avait les aussi les « Anar » vêtus de noir, il n’y avait qu’une histoire stupide de couleurs.  On pouvait aussi plus simplement savoir jouer au baby-foot, jouer au flipper sans faire tilt ou boire des cafés dans un petit rade près du lycée.
Je décidai donc de rester seul dans mon coin car je trouvais ces « bavardages » stériles et non bienveillantes, les autres étant toujours des ennemis à abattre et non des interlocuteurs… Choisir son camps en fonction de notions formatées ne pouvait me satisfaire.
Je m’enfermai donc dans une sorte de solitude que j’appréciais parfois beaucoup comme le plaisir d’une personne abandonnée et seule, je pensais vraiment que la vie c’était ça c’était cette espèce de d’angoisse qui laisse comme un chagrin perdu loin des amis loin des contacts loin de tout.
81L5575gqEL._SL1500_Mon père qui m’appréciait beaucoup quand j’étais encore petit , jouait souvent avec moi au Scalextric cette petite voiture de course d’antan, au mécano ou aux petits soldats de plomb. Tout d’un coup se il se détourna et m’occulta comme on délaisse un nouveau jouet après l’avoir trop utilisé; et tout cela me laissa seul avec un goût amer d’abandon.
Fortuitement je trouvai une amie: la musique; cette passion m’emporta vers d’autres cieux. Éperdu par les sons du rock’n’roll, du blues et du funky je me plongeais rapidement dans une autre solitude mais beaucoup plus joyeuse. Je me mis à gratter de la guitare avec frénésie mais toutefois je n’avais aucun contact avec l’extérieur et il fallait absolument que je trouve un groupe afin de m’intégrer et faire de la musique en live devant un vrai public. Ce qui fut fait!
hoogeboom-iss-2016-1delicate-arch-960279_960_720
Heureusement j’avais un autre échappatoire: je lisais énormément des livres de science-fiction et de fantastique. Ces romans m’emportaient loin de tout, du monde qui obscurcissait ma vie, des moments de grande angoisse, je voyageais et au-delà des étoiles à des millions d’années-lumière de la terre. J’avais cette impression de m’échapper d’être libéré d’ une lourdeur, d’une lassitude, d’ une morosité, je m’envolais parmi les planètes encore jamais visitées. J’avais cette opportunité de partir au-delà du réel de connaître autre chose beaucoup plus attrayante, d’autres visions, de découvrir une autre carte du monde. Dans ma tête se formait un monde tout à fait irréel plus intéressant, plus productif et qui me permettait de m’ouvrir sur le monde de demain. Et aujourd’hui bizarrement je retrouve ce petit quelque chose de je ne sais quoi qui m’appartient et que je possède tout au fond de moi: la possibilité enfin de rêver. Aujourd’hui avec l’intelligence artificielle (IA) je m’aperçois que le monde dont je rêvais dans lequel je me mouvais était devenu réel comme un rêve qui se réalise hors de soi des robots des fusées des planètes qu’on va visiter une espèce de monde qui s’adapte à son imagination.
Et oui cet univers un peu fantasmagorique que j’avais imaginé au fond de moi est devenu réalité. Qui aurait pensé qu’il puisse exister la toile du web cette araignée incroyable qui permet aujourd’hui aux êtres humains de communiquer partout à travers le monde, Internet, les ordinateurs, l’intelligence artificielle, les voyages dans l’espace, toutefois le rêve a un prix à payer: ces avancées sauront-elles améliorer le monde de demain ou asservir les hommes?
J’ai cette impression infuse qu’hier c’est demain et qu’aujourd’hui c’est déjà après demain tout va si vite.
En fin de compte ma timidité m’a obligé à regarder ailleurs et à travers cet ailleurs je  retrouve aujourd’hui et aujourd’hui seulement un autre univers que les autres ne voyaient pas.
Tous nous avons un petit « quelque chose » qui nous permet de voir le monde autrement, avoir notre propre carte du monde. Cette vision plus ouverte de ce qui nous entoure me permet aujourd’hui de vivre en harmonie avec mes semblables, d’être bienveillant  avec bonheur grâce à l’hypnothérapie qui me donne la capacité de posséder comme chacun de nous d’ailleurs, une conscience modifiée (terme approprié à l’hypnothérapie).
Je voyage sans que mon corps physique lui ne bouge , je vais là où seul l’inconscient peut aller.
Surtout n’ayez pas le moindre doute: la timidité est un sacré avantage!

A Propos de l'auteur

ritdelaban

ritdelaban

Directeur général de la publication

Ajouter Un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.