Vie culturelle Vivre

HUANG Cang-su, un peintre chinois

Symphonie de la nature Exposition des œuvres de HUANG Cang-su

Présentation du peintre

Né le 20 avril 1961 à Linhai dans la Province du Zhejiang, Monsieur HUANG Cang-su est sorti d’une famille lettrée depuis trois générations. Son père est un peintre et diplômé en 1935 de l’École nationale des Beaux-Arts. Sous l’influence de sa famille, HUANG Cang-su a commencé à peindre dès l’âge de 4 ans, il a reçu une formation professionnelle à 8 ans, et à 10 ans, il a déjà organisé sa première exposition d’oeuvres personnelles dans la Maison de culture de sa ville. En outre, très jeune, sa réputation dans sa province était faite. Dans les années 80, il était entré au sein de l’Institut national des Beaux-Arts du Zhejiang (actuellement Institut national des Beaux-Arts de Chine). Ses professeurs étaient des grands maîtres, tels que LU Shao-yan, QUAN Shan-shi, XIAO Feng, ZHOU Cang-gu, ZHOU Cang-mi, WU Shan-ming, etc. Il a terminé ses études avec mention très bien avec son tableau chinois représentant¡¶M¨¨re des Qiang¡·qui a sensibilisé considérablement le milieu des beaux-arts de Chine.

Pendant 40 ans, il a parcouru la Chine, il est allé 7 fois sur le plateau du Tibet pour en connaître les us et les coutumes, en faisant beaucoup de dessins d’après nature, et de croquis.

En 1997, il a réalisé une peinture de grand format, Cloches de minuit. L’Agence Xinhua à Pékin a présenté cette peinture au monde entier tout en lui donnant une haute appréciation. Plus de 60 agences de presse étrangères ont reproduit cet article. C’était vraiment un évènement important. En 1999, sa peinture ¡¶H¨¦ros¡·a ¨¦t¨¦ encore une fois le focus de l’Agence Xinhua et d’autres agences de presse, elle a même paru à la Une du Journal Guangming. En 2007, il a réalisé la peinture de grand format La première équipe de Chine aux Jeux Olympiques. En 2008, Grande famille harmonieuse, une peinture très longue. Les deux dernières oeuvres ont paru dans le Journal du Peuple version outre-mer. Le Journal d’informations de l’Agence Xinhua dans son édition du 10 avril 2008 a présenté ces oeuvres dans plusieurs langues aux lecteurs étrangers. Pendant presque 40 ans, il a présenté une vingtaine d’expositions de ses oeuvres : tableaux chinois, peintures à l’huile, gouaches. Il a publié les Oeuvres choisies de HUANG Cang-su¡·, Oeuvres choisies des esquisses de personnages¡· duRecueil des oeuvres de HUANG Cang-su¡·, Recueil des croquis et 128 articles dans les revues aux niveaux national et provincial. En 1999, son nom est entré dans le Dictionnaire des personnalités de Chine et le Dictionnaire des experts de Chine. En l’an 2000, le Ministère de Poste et de la communication de Chine, le Ministère de Culture de Chine et l’Association des Artistes chinois ont sélectionné 16 oeuvres de HUANG Cang-su pour les publier en timbres. En juillet 2008, son oeuvre Retour en rêve au Tibet¡·a été classée la 59ème dans les 100 Oeuvres sélectionnées du monde par le Salon international des Artistes.

HUANG Cang-su a déclaré : L’art naît dans le flou, il provient de la vie, et la surpasse. Pour un artiste, il est très important de savoir comment découvrir l’art dans la vie. En effet, mon art est de découvrir dans la vie la beauté dans son état originel, et de développer, d’affiner, de transformer, d’innover cette beauté, dans le but de marier l’art oriental avec l’art occidental pour compléter l’un et l’autre. Le monde de l’art est multicolore : comment manifester la beauté et la valeur de l’art par des écritures différentes… question difficile pour les artistes. Je suis une personne qui cherche parmi les signes de difficulté un espace propre à l’art et qui désire y arriver. La loi dans l’art fait foi, elle survole la ressemblance et son contraire, c’est un art expressionniste par lequel on arrive au monde de l’infini. Dans mes oeuvres, je peins comme thèmes l’état primitif des minorités nationales de Chine, je recherche la propriété de l’art par la création et l’innovation. L’objectif étant de faire ressortir une vocation d’art supra-disciplinaire, d’étendre l’esprit de la culture nationale et de développer l’art de la nouvelle époque. Ma maxime : La création est la vie de l’art.

A Propos de l'auteur

ritdelaban

ritdelaban

Directeur général de la publication

Ajouter Un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire