Vivre

Bouddha

Bouddha

Bouddha *

Prince indien qui vécut au VI e siècle avant notre ère.

Le mot, le nom Bouddha, veut dire l’éveillé. Le nom patronymique duBouddha est Siddharta Gautama Sakyamuni. Sakyamuni signifie : du clan Sakya, de la lignée Sakya.

Bouddha, Bouddhisme, Eveil, Nirvana, Karma.

De quoi s’agit il ?

La doctrine du Bouddha est basée sur la découverte intime et bouleversante, qu’il fit de la souffrance humaine. Il en tira après une très longue méditation, un enseignement en quatre points, connu sous le nom des Quatre Nobles Vérités*.

Les Quatre Nobles Vérités :

- La souffrance. Dukkha
- L’apparition de la souffrance. Samudaya
- La Cessation de la souffrance. Nirodha
- Le Sentier (La voie) Magga

Dukkha La souffrance :

Il décrit les formes de souffrances, mais aussi comment la souffrance apparaît et pourquoi, quels en sont les mécanismes, les causes. Ici, le Bouddha décrit cinq formes, ou sources, nommées agrégats (le cœur du bouddhisme) :

La matière (solidité, fluidité, chaleur et mouvement).

Les sensations (trois groupes de sensations, les sensations plaisantes, déplaisantes ou neutres).

Les perceptions (ce sont les perceptions qui permettent de reconnaître les objets physiques ou mentaux) .

Les formations mentales (ce groupe comprend tous les actes volitionnels, bon ou mauvais plus connus sous l’appellation « Karma »).

La conscience (réaction du corps ou de l’esprit aux phénomènes extérieurs).

Telles sont les cinq sources et les cinq formes de la souffrance.

Samudaya L’apparition de la souffrance :

Elle provient du désir. Et qu’est-ce que le désir ?

C’est une soif, ardente, une avidité passionnée, ce qui fonde et produit la ré-existence. Cette soif d’être, d’être ou d’avoir, provoque aussi tous les malheurs des êtres vivants. Du conflit entre deux humains jusqu’aux guerres mondiales.

Telle est la cause de l’apparition de la souffrance.

Nirodha La Cessation de la souffrance :

La troisième découverte est qu’il existe une émancipation, une libération possible.

Le seul but possible, selon le Bouddha, c’est la libération, la cessation de la souffrance, subie, ou causée.

En s’attaquant à la racine de la souffrance, c’est à dire le désir, la volonté, et même le sentiment du besoin, faim ou soif.

Magga Le Sentier (La voie) :

Connu sous la dénomination de Sentier du milieu, parce qu’il s’agit d’éviter les extrêmes :

La poursuite du bonheur par la dépendance du plaisir des sens.

L’ascétisme nihiliste (conçu comme bas et vulgaire).

Le sentier est simplement la pratique juste des huit vertus :

– Compréhension juste. – Pensée juste. – Parole juste. – Action juste. – Moyen d’existence juste. – Effort juste. – Attention juste. – Concentration juste.

Voilà pour l’essentiel la doctrine bouddhique initiale.

De la doctrine, et de l’enseignement originel, bien des mouvements sont nés, et bien des disciples ont constitué des écoles, qui se réclament toutes, plus ou moins de cette doctrine initiale.

Le bouddhisme n’est certes pas une organisation totalitaire et unifiée, c’est plutôt un mouvement, et différentes écoles proposent leurs approches. Et cela peut surprendre, car ces différentes écoles semblent très éloignées entre elles, sur le fond comme sur la forme.

(Je préfère le mot école à celui de secte qui a une connotation péjorative, bien qu’il existe aussi des sectes bouddhiques).

Alors qu’est-ce relie entre elles ces différentes écoles. Quel est leur point commun ?

Le point commun, c’est la recherche de la vérité, « la réalité ultime » : à savoir l’abandon du désir, la cessation de la souffrance, et la juste conscience du chemin qui est la vie .Tel est l’éveil.

C’est ce que les bouddhistes appellent le Nirvana, en japonais Satori.

Plus déroutant encore, certaines écoles affirment que le nirvana, est en soi une chose importante et nécessaire, certes, mais que l’essentiel se trouve ailleurs. Sur le chemin, précisément, qui va vers les autres, et leur enseigne le juste chemin, sans quoi l’éveil resterait pur égoïsme.

Est-il utile de s’intéresser au bouddhisme ?

Si une démarche personnelle vous incline en ce sens, vous y trouverez certainement un grand nombre de thèses pertinentes. Un constat, et une approche, personnelle et profonde, du cheminement de votre, la vie. De plus comme chacun sait, le bouddhisme est plutôt pacifiste et non-violent, puisqu’il réprouve la souffrance, et lutte contre les illusions, – et dans ce monde pas vraiment très sage, un peu de douceur bouddhiste ne ferait de mal à personne.

Qui sait ? Vous y trouverez peut-être des réponses à quelques questions. Voire plus, si affinités.

Si votre démarche ne vous incline pas dans ce sens, les mêmes arguments tiennent encore.

De plus le bouddhisme est rationaliste, sur son versant philosophique, et bien des découvertes récentes en psychologie par exemple, étaient largement connues des bouddhistes depuis les temps anciens. Rappelons par exemple que l’inconscient, la psychologie collective, ne furent connues de l’Occident qu’à partir des travaux de Freud. (C’était un pionnier qui agissait pour la science, et pour le bien de l’humanité mais aussi pour alléger la souffrance de ses patients, ne l’oublions pas, même si maintenant sa pensée paraît très confuse, rendons lui hommage quand même. )

Mise en garde sur le bouddhisme.

Le bouddhisme n’est pas une sinécure, sous son aspect débonnaire toujours sourire aux lèvres, se trouve une doctrine, plutôt ardue et difficile.

La discipline de vie des bouddhistes n’est pas à la portée de n’importe qui. Même de qui le veut, surtout de qui le veut ! Pour les butineurs de parfums à la mode et les amateurs de pratiques exotiques, – comme la méditation, par exemple.

Ils risquent de repartir bien vite, dès les premières crampes venues.

Les belle images de l’art bouddhique aux couleurs chatoyantes, expriment peut-être une autre réalité, – dont ils ne veulent certainement pas entendre parler.

L’enseignement bouddhiste, peuvent se résumer à ceci, au moins dans les premiers temps :

Seul face à soi-même. Personne n’aime ça ! Et ce n’est que le début.

Plus dangereux encore, toutes sortes d’attrape-nigauds, où l’on vous fait croire au nirvana, par des pratiques étranges ou des rituels ésotériques, moyennant finances, en profitant de la mode bouddhiste. (Les bouddhistes ne sont en rien responsables de cet état de fait, il s’agit là de charlatans opportunistes naturellement. Mais prudence quand même, sachez où vous mettez les pieds.)

Des mots comme Zen, Nirvana, Karma, sont passés dans le langage courant.

Zen, ça sous-entend « relax » décontracté, erreur ! Nirvana, autrement dit, illumination, lumière holistique, flotter dans les airs, erreur !

Karma ça veut dire destin, erreur !

Bon j’arrête là, sinon je vais vous faire peur, et ce n’est pas ma visée, bien au contraire.

Quelques précisions :

Le bouddhisme est une religion non théiste (cela veut dire que la notion de dieu n’y apparaît pas).

La position des bouddhistes est la suivante : Nous ne pouvons nous prononcer sur ce sujet.

Hormis sous sa forme taoïste, où la position est plus nuancée, bien que conforme au canon bouddhique.

Le Bouddhisme philosophique est dit non dualiste (cela veut dire, qu’il n’y a pas opposition des contraires).

Hinayãna Petit véhicule : notion péjorative, obsolète, n’est plus employée.

Mahãyãna Grand véhicule, pas plus grand que le petit, notion orgueilleuse, obsolète, n’est plus employée.

Le bouddhisme est un véhicule, vers le Nirvana, l’abandon ultime des illusions.

Le mot religion est un mot latin qui veut dire « relier à ».

Rien de plus, (chacun interprète ensuite à sa manière).

Voir Hannah Arendt, Crise de la Culture 1961.

***

***

Et comme d’habitude je vais être un peu hors sujet.

Parce que sinon c’est trop sérieux et c’est pas drôle.

Je vais vous parler de l’eau.

L’eau c’est un liquide qui coule partout.

Et y en a partout sauf dans le désert évidemment, sauf dans les oasis, où là il y en a.

De l’eau, il y en à aussi dans le ciel, ça s’appelle des nuages, mais c’est de l’eau.

L’eau il y en a au pôle nord, ça s’appelle de la glace, mais en réalité c’est de l’eau.

Il y a 400 millions d’années il y avait de l’eau, c était de l’eau, mais personne n’en savait rien, puisqu’à cette époque il n’y avait que des dinosaures. Les dinosaures ne savaient pas qu’ils buvaient de l’eau, mais comme ils avaient soif, il la buvaient quand même.

Aujourd’hui nous buvons de l’eau, et évolution de l’espèce oblige, comme nous sommes des homo sapiens version deux, sapiens sapiens, modèle amélioré de l’ancienne version un, néandertalienne…

Eh ! bien ! Nous savons que, quand nous buvons de l’eau, c’est de l’eau. On est très fort, et y en a beaucoup dans la Capi. (Capi , c’est un mot qui vient du latin capus, capitis, la tête, chapeau, un capitaine y a Capi dedans, dans Capitale, décapité ou capuche…)

Et, maintenant, ça se complique un petit peu.

L’eau que nous buvons aujourd’hui, l’eau du robinet par exemple, cette eau-là est passée plusieurs fois dans le ventre de dinosaures, pour vous dire la vérité, mais toute vérité n’est pas toujours bonne à dire, c’était dedans, même.

- Conclusion : C’est toujours la même EAU.
- Conclusion de la conclusion : C’est dedans pour NOUS aussi.
- Conclusion de la conclusion de la conclusion : Ça sera dedans ou dehors mais ça s’appelle de l’EAU quand même.

Et…

Tonnerre de Brest !

Pourvu que ça dure !

Ne dit-on pas : – Qui est à l’appareil, ah ! l’eau !

Autre chose.

Pour les connaisseurs et petit futés.

N’oublions pas que tout ce que nous en savons, c’est parti des recherches sur la thermodynamique.

Et d’une énigme concernant une histoire de four, où la couleur violette, ne se comportait pas comme attendu.

Les conséquence furent innombrables :

Déterminisme obsolète

Exactitude Statistique

Traverser un mur

Possible  !

Probable  !

Réalisable  !

Le chat est-il mort ou vivant ? Les deux, mon général !

Et comme dirait la mère Denis, vieille lavandière du terroir, ça c’est ben vrai.

Les vieilles dames ont toujours raison, mais personne ne les écoute.

La même chose mais autrement.

Dans le village des schtroumpfs bleus, il y a un barbier

Il y a ceux qui se font raser par le barbier, barbu

Il y a ceux qui se rasent eux-mêmes, barbant pour le barbu

A quelle catégorie appartient le barbier ?

Les deux mon général !

Est-ce possible !!? Oui mon général !

Sixième ! Théorie des ensembles, mon général !

***

A Propos de l'auteur

ritdelaban

ritdelaban

Directeur général de la publication

Ajouter Un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.